The Peregrine Muse
 

Poetry of Üzeyir Çayci

Si Cet Arbre N'Avait Qu'Une Seule Branche


Si cet arbre n'avait qu'une seule branche

S'étendant aux pensées

De ceux qui aiment,

Donnant des fruits à notre gré

Que je contemple à satiété par la fenêtre...


Dont les feuilles ne tombent jamais
Sur les épaules aveugles de la terre
Et qui monte, qui monte...
Sur les bras du vent


Si cet arbre n'avait qu'une seule branche
Transperçant les cieux bleus
Rendant les étoiles silencieuses
Et désobéissant au vent.

Yes This Tree Had Only That One Branch

Yes this tree had only that one branch
Listening to the thoughts
Of those who love,
Giving fruits to our liking
That I contemplate in satiety by the window...

Leaves which never fall
On the blind shoulders of the earth
And which go up, go up...
On the arms of the wind

Yes this tree had only that one branch
Piercing the blue sky
Returning the silent stars
And disobeying the wind.

Emportement


Elle était une femme…
Avec des sentiments surannés
Elle cherchait du bonheur
Sous un tissu d'un mètre…


On dirait qu'elle avait laissé de côté
Sa consommation du temps
Son absence d'amour humain.
Elle avançait
Vers les ravins
Ses yeux fermés
En bouchant ses oreilles
Aux potins à suivre
Derrière elle…


On avait l'impression
Que des désirs féminins
L'emportaient dans l'inconnue.


Et pourtant le temps
Avait fondu tant de fers
Et avait métallisé tant de cœurs…
Mais elle n'en savait rien.


Lors de son emportement
Les spectateurs savaient bien
Respirer
Et garder les secrets…


Elle a disparu dans l'obscurité
En laissant des traces souillées
Dans la clarté.


Après elle,
Une histoire d'emportement
A été racontée longuement.

Carried Away

She was a woman …
with out-of-date feelings
She sought happiness
Under the fabric of a metre …

It would be said that she had given up
her consumption of time
with its absence of human love
She advanced
towards ravines
her eyes closed
blocking her ears
to the gossips that followed
behind her …

They had the impression
that her female desires
carried an unknown factor …

And yet time
had melted many irons
and silvered many hearts …
but she knew nothing about that …

During her fit of anger
the audience definitely knew
to breathe deeply
and to keep secrets …

It disappeared in the darkness
by leaving mucked up traces
in the clarity

After her,
the story of getting carried away
with a fit of anger in summer
was told for a long time …

N'Oubliez Pas Que Le Monde N'Est Pas Tel Que Vous Le Voyez


LE RESEAU DES INDIFFERENCES

Revoyez votre attitude. N'émettez pas une circulaire sur chacun de vos comportements
Plus nombreuses sont vos attaches, plus vous aurez de difficultés à la marche
N'oubliez pas que votre épanouissement en votre for intérieur servira de lumière à vos découvertes plus que votre développement physique externe.


LES MURS MAÇONNES PAR ERREUR

Votre vie intérieure pourrait être ébranlée au fur et à mesure que vos mensonges se nourrissent de vos convoitises
La régularité de vos démarches dirigées par autrui pourrait rendre votre identité méconnaissable
Le processus de vie dirigé vers l'extérieur découlant des fictions déséquilibrées que vous avez formées en vous-même peut constituer obstacle à vos attentes personnelles et à votre développement.


CEUX QUI NE SONT PAS CONSCIENTS DE LEUR FAIM INTERIEURE

Les responsabilités ne peuvent être obtenues grâce aux suppositions émanant d'autrui
Vos alternatives doivent vous appartenir -- Vous ne devez pas faire des pas inconscients… La puissance non révisée peut être destructrice; les décisions subites et irréfléchies peuvent provoquer chagrins et amertumes…
Ne les oubliez pas.


UN CŒUR SANS INTROSPECTION, UNE ÂME SANS GUIDE

Votre marche inconsidérée sur un chemin inhabituel à issue invisible pourrait intriguer les chiens qui se trouvent aux alentours
Dans une direction dont vous ne savez ce qui peut surgir de quelque part
Puisque vous ne pouvez pas avoir l'idée d'aller à l'infinie, décidez dès à présent au sujet de ce que vous voulez faire.


N'oubliez pas que le monde n'est pas tel que vous le voyez.


Do not forget that the world is not such as you see it

THE NETWORK OF INDIFFERENCES

Note your own attitudes. Do not issue a circular on everything you do
The more numerous your attachments, the more difficult it will be to move
Do not forget that your internal blossoming will shed light on your discoveries more than your external, physical development.

WALLS BUILT BY ACCIDENT

Your internal life could be shaken when your lies feed on your desires
The regularity of your steps directed by others could make your identity recognizable again
Your actions directed into the external world that follow from unbalanced inventions you've formed within can constitute obstacles to your personal expectations and development.

THOSE WHO HAVE NOT BEEN BORN ARE NOT AWARE OF THEIR INTERNAL HUNGER

Responsibilities cannot be taken on due to assumptions emanating from other people
Your choices have to belong to you - you should not take unthinking steps; impulsive potency can be destructive, ill-considered decisions can cause grief and bitterness...
Do not forget.

A HEART WITHOUT INTROSPECTION, A SOUL WITHOUT A GUIDE

Your short-sighted steps on an unfamiliar path with an invisible exit could intrigue nearby dogs
Something unfamiliar could come from an unknown direction
Since you cannot go into the infinite, decide from here and now what you want to make.

Do not forget that the world is not such as you see it.


Abricotiers


Les abricotiers
Plantés par mon père
N'ont pas grandi du tout


Un espoir
Il y a mis du sien longues années,
Il a tout essayé,
Il s'est cassé la tête
Pour qu'ils grandissent


De temps à autre
Il a observé les nuages
Mais,
Les années qu'il a perdues
Sont devenues secrets dans son coeur


La terre s'est ouverte
Veine par veine
La feuille tombée,
La branche cassée,
A fait du bruit
Mais eux
N'ont rien dit


Les abricotiers
Plantés par mon père
N'ont pas grandi du tout

Apricot Trees   


Apricot trees
Planted by my father
Do not grow at all

A hope
He held many long years,
He tried everything,
He broke his brain
So that they would grow

Every so often
He noticed clouds
But,
The years that he lost
Became secrets in his heart

The earth opened
Vein by vein
A fallen leaf,
A broken branch,
Made noise
But say nothing

Apricot trees
Planted by my father
Do not grow at all

Là où vous êtes absents Là je suis présent


Je découvre les vérités
Je les prends en main
J'y réfléchis
Je pèse
Je mets à terre
Et je les roule…


Là où vous êtes absents
Là je suis présent.


Les pages du passé
S'ouvrent au fur et à mesure…
Chacune d'elles
Parle
Enquiquine
Les miroirs de l'amitié
Crient.


Là où vous êtes absents
Là je suis présent.


J'arrête
Je réfléchis
Je prends en main
Je pèse
Les désordres du temps qui passe.


Là où vous êtes absents
Là je suis présent


Vos fautes
Vos délits
Vos péchés
Je prends en main
Je réfléchis
Je pèse
Je les place face à moi
Et je les dessine.


Là où vous êtes absents
Là je suis présent.

When you are away, there I am present


I discover truths
take them in hand
think about them
weigh
bury
and roll them …

When you are away,
there I am present.

Pages of the past
open as one goes along …
each of them
speak
irritate.
The mirrors of friendship
shout.

When you are away,
there I am present.

I stop
think
take in hand
weigh
disorders
in the time which passes.

When you are away,
there I am present.

Your errors
Your offences
Your sins
I take in hand …

I think
weigh
put them before me
and I draw them.

When you are away,
there I am present.

Vous êtes sur les chemins que j'ai parcourus
et sur les places que j'ai mises à l'envers…


Vous êtes sur les chemins que j'ai parcourus
et sur les places que j'ai mises à l'envers…

Donnez les lendemains de main à main
Ne les abandonnez pas sous les pieds
Réparez-en les côtés désuets
Afin qu'ils ne s'usent d'ores et déjà.


Que les impuissants n'aient pas peur
Que les innocents n'aient pas honte!


Vous êtes sur les chemins que j'ai parcourus
Et sur les places que j'ai mises à l'envers…


Le soleil est fatigué derrière les barreaux
La parole déborde en s'infiltrant dans l'obscurité
Après ses douleurs d'accouchement
La nature se met face au jour naissant
Et brûle les désirs refoulés et les nostalgies…


Vous êtes sur les chemins que j'ai parcourus
Et sur les places que j'ai mises à l'envers…


Les cœurs que vous défiez sont sans tache
Les idées que vous rejetez sont limpides
Les labeurs que vous ne reconnaissez pas sont valeureux
Il pleut des beautés sur les contrées que vous ne pouvez atteindre
Vous êtes seuls en votre for intérieur!


Vos fenêtres ont des rideaux
Vos portes sont fermées
Vos paroles sont coincées par votre personnalité qui disparaît
Derrière les vues où vous essayez de vous cacher
Sourit jaune votre identité…


Vous êtes sur les chemins que j'ai parcourus
Et sur les places que j'ai mises à l'envers…

You are on the paths which I traveled
and in the places which I turned upside down …

Put days that follow hand-in-hand,
Do not leave them under foot.
Repair out-dated thoughts
So that they have already been had …

That the powerless are not afraid,
That the innocent are not ashamed!

You are on the paths which I traveled
And in the places which I turned upside down …

The sun is made tired behind rungs,
Words overflow by seeping through in the dark.
After the pain of delivery
Nature puts on the face of a new day
And burns back desires and nostalgia …

You are on the paths which I traveled
And in the places which I turned upside down …

The hearts which you out-brave are stainless,
The ideas which you reject are clear,
The labours which you do not acknowledge are valorous.
It is raining beauties on lands which you cannot attain.
You are alone in your internal fort!

Your windows have curtains,
Your doors are closed,
Your words are wedged into a corner by your personality
That disappears behind vistas where you try to hide
Your smiling, yellow identity …

You are on the paths which I traveled
And in the places which I turned upside down

Ceux qui dansent au rythme de leur propre musique

Ceux qui se nourrissent de viandes…de produits

laitiers…de desserts
Ne peuvent t'estimer à ta juste valeur.


Même si la pierre se fendait, tu ne peux pas leur

faire ouvrir
Les fenêtres de leur ferme…
Des gens comme toi ne font pas partie de leur

centre d'intérêt
Tu n'existes pas…
Dorénavant tu dois savoir
Qu'ils n'ont pas de temps à te consacrer!


Ils ont les yeux fixés toujours vers le haut
Pendant qu'ils s'inclinent
Avec un sourire au dessus de leur double menton
Devant le souverain… le sultan
Crois-tu un seul instant qu'ils te reconnaissent?


Si tu me demandes mon avis à ce sujet
C'est que les bouts de leur ficelle
Sont aux mains d'autrui
Ne te formalise point du fait
Qu'ils se prennent pour des rois!


Avec des espoirs vains
Et des attentes mal placées
N'attends pas d'eux
Qu'ils te considèrent comme un homme…


Même si tu écris des centaines de lettres
Aux hommes des portes fermées
Dans le but de les voir ou de leur parler
Tu ne recevras même pas une seule réponse…
Méfie-toi, sois attentif
Par-dessus tout
Tu leur permettras d'avoir des airs hautains
En se croyant importants
Ils te regarderont avec dédain!


Ils aiment bien se caresser
Le dos les uns des autres…
Il ne reste plus
Qu'à écouter leurs conversations "avec admiration"
A vanter leurs écrits "exagérément"
A récompenser leurs faits "par applaudissement"…
Ne perds pas de temps
Et ne t'occupe pas
En pensant à autres choses.

Those who dance to the rhythm of their own music

Those who nourish themselves on meats, dairy products and desserts
Cannot estimate you at your fair value.

Even if stone cracked, you cannot make them open
The windows of their farm …
People like you are not included in their center of interest
You do not exist …
Hereafter you must know
That they do not have time to bless you!

Their eyes are always fixed from above you
While they bow
With smiles above their double chins
Before the sovereign...the sultan.
Do you think for an instant that they acknowledge you?

If you ask my opinion on this subject
It is because the ends of their twine
Are in the hands of other people.
Don't take exception to the fact
That they are taken for kings!

Do not wait for them
In the wrong places
Vainly hoping
They will consider you a man …

Even if you write hundreds of letters
To these men of the closed doors
Intending to see or speak to them
You will not receive a single response …
Be wary and attentive;
Above everything
Allow them their haughty airs.
By thinking themselves important
They will look at you scornfully!

They well like fondling
Each others' backs …
It is no longer to the point
To listen to their dialogues "with admiration"
To extol their writings "enthusiastically"
To reward their facts "by clapping" …

Do not waste your time
Or put your attention here …
Think of other things.

Des Deux Ton Oncle N'en à Aime Aucun

Par ses attitudes
Ton oncle ressemble à
Une machine à rires aux éclats!

La plupart des gens
Se retiennent
Difficilement
Pour ne pas rire.
D'ailleurs sont-ils en état de rire
Les pauvres?
Les problèmes dépassent leurs moyens…
La cherté mise à part
Leurs enfants sont intenables…
Leurs attentes
Sont à la traine
Du siècle…

Ne trouvant
Nul autre endroit
Il saisit les passants
Par le nez…
Un bâillon à une main,
Une carotte et un oignon
A l'autre…
En fait…
Que veut faire
Ton oncle?

Of two, your uncle doesn't like either

By his attitudes
your uncle resembles
a machine with laughs in brightness!

With some difficulty
most people stop themselves
from laughing.
Besides, are they are in a state
to laugh -
poor people?
Their problems exceed their means,
high costs exclude...
their children are untenable.
Their waiting
lags behind
the century.

Finding
nothing else in place
he grabs passers-by
by the nose...
a gag in one hand,
a carrot and an onion
in the other.
As a matter of fact...
what does he want,
your uncle?

Sur Les Vestiges D'Hier

Une pierre posée par terre
Les cigales qui mendient
Les campagnes d'intérêt
Polluant l'atmosphère…
Et un bol plein de respectabilité…

Des tortues mortes,
Des poissons qui agonisent
Sur les plages…
Face aux affamés
Les accusés
Qui trinquent leur verre…

Des paysages fatigués
Sur les vestiges d'hier…
Les violettes aux corps fouillés,
Les lys fâchés contre le soleil…
Les roses d'été mal aimées…
Les déchets encerclant l'environnement…

Le bleu
Est pâle à côté du vert
Le vert est condamné à mort…
Alors que les animaux malades
Son incinérés…
Les bateaux naufragés
Empoisonnent les mers.

On the Remains of Yesterday

A stone lying here and there,
begging cicadas,
the interesting countryside,
polluting the atmosphere,
and a bowl full of respectability...

Some tortured, some dead,
fish in agony
on the beaches.
Facing starvation.
The accused
who clink their glasses...

Some tired landscapes
on the remains of yesterday,
violets from excavated corpses,
lilies angry at the sun,
roses wrongly loved...
rubbish surrounds the environment.

Blue
is pale beside green.
Green is condemned to die
as sick animals are incinerated.
Shipwrecked boats
poison the seas.

Demain Le Soleil Naître Pour Nous

Ne prends pas froid au carrefour
Des froideurs...
Raconte la forme
Des garde-fous
Tant que ta langue tourne...
De toute façon.
Demain le soleil
Naîtra pour nous...

Comment rester insensible
A ce qu'on t'a fait subir?
Comme vivre la nuit,
Dans la clarté du jour.
Nous savons qu'en tous cas
La gaine des grossièretés
Est prête.
Demain le soleil
Naîtra pour nous...

Même si ton labeur fait briller
Les versants noircis.
On ne sait pas,
Si tu existes.
Ou non parmi eux?
Nous savons,
Leur but
Et de te mépriser.
Laisse.ne t'en fais pas
Tout ce qui est arrivé.
De tout façon
Demain le soleil
Naîtra pour nous...

Tomorrow the Sun Is Born for Us

Don't catch a cold
at the crossroads
of coldness;
speak of the shape
of guard railings.
So much language turns
every which way.
Tomorrow the sun
will be born for us.

How can one remain numb
to what he makes suffer?
Like night living
in the clarity of day.
In any event, we know
that the sheath for rudeness
is ever ready.
Tomorrow the sun
will be born for us.

Even if you work
to make the blackened slopes shine,
do they know
if you exist among them?
We know their goal,
and their scorn of you.
Let it go, do nothing
about all that has happened
every which way...
Tomorrow the sun
will be born for us.

Le Chasseur Devenu Guide pour Oiseaux

Le chasseur devenue guide pour oiseaux,
Avec ses deux visages
Contre les deux ailes...

Il a coupé les arbres
Pour fabriquer un arbre
Avec les petites branches asséchées...
Afin que les oiseaux s’y posent.

Il a arraché les fleurs
Pour orner les petits arbres
Afin d’égayer les oiseaux…

Il a mis de petites pierres
Grandeur graines de blé
Dans les assiettes
Afin que les oiseaux mangent…

Il a construit
Des poteaux avec des crayons
Des tours avec des poteaux
Des ruines avec des tours
Afin que les oiseaux s’y abritent…

Il a apposé des signatures
Toutes différentes
Sur les feuilles sèches,
Avec ses deux visages…
Sans que personne ne s’en aperçoive…

Après quelque temps
En chassant les oiseaux un à un
Il s’est venté
En disant que juges et procureurs
Sont ses amis…

Comme beaucoup d’autres
Sans trop tarder les oiseaux aussi
Ont compris la vérité.
Et de ce fait
Ils ont émigré
Dans d’autres contrées…
Et là-bas
Ils ont trouvé
Des pays,
Des gens bien,
Des arbres,
Des graines de blé dans des assiettes,
Et des fleurs de toutes les couleurs…

Pendant qu’eux là-bas
Vivent paisiblement
Le chasseur est deux visages
Conte les deux ailes…

The Hunter Has Become a Guide for the Birds

The hunter has become a guide for the birds,
his two faces
against two wings.

He has chopped down trees
to make a post
with small dried branches
for the birds to roost.

He has broken off flowers
to decorate this small tree
to cheer the birds.

He has put small stones
and large grains of wheat
on plates
so that the birds can eat.

He has constructed
posts with pencils
and towers with posts
from the ruins of the towers
so that the birds can take cover.

He has appended signatures,
each one different,
on dry leaves
with his two faces,
no one noticing.

After some time,
chasing the birds one by one,
he blows like a wind,
saying that judges and prosecutors
are his friends.

The birds, like many others,
quickly understand
and when the time is ripe
they emigrate,
exchanging one thing for another,
finding another country,
agreeable people, trees,
grains of wheat on plates
and flowers of all colors...

while living peacefully there,
the hunter is of two faces
against two wings.

L'Arrêt des Soirs

Il n'y a plus de clarté qui n'ait effleuré mon chevet
Ces soirs-là ont vieilli dans mes sommeils
Une à deux lignes
Ont embrassé mes yeux
Une révolution dans mes veines…

Je sirote les soirs cachés dans mes rêves
Les ombres dévalent
Dans mes pupilles
Je te cherche encore
Devant une statue…
Les soirs ondulent comme un chant d'oiseau
Mes espoirs perdus
Tombent à cet arrêt-là
Et mes sentiments
Te traînent dans mon cœur
Et… je dis
L'arrêt des soirs
Ne noircira jamais…

The Arrest of Evenings

There is no longer light
touching my bedside;
those evenings have aged in my dreams,
one or two lines embracing my eyes,
a revolution in my veins.

I sip the evenings hidden in my dreams,
shadows hurtling into my pupils,
still looking for you
before a statue.
The evenings undulate
like the song of a bird,
my hopes falling at a stop, lost;
my sentiments drag along in my heart
...and I say that evenings arrested
will never blacken.

Un Monde Plein a Craquer

Plié en deux
Avec le fardeau du passé sur mon dos
En traversant ses chemins
D'où suis-je parti pour arriver où?...

Alors qu'aux vignes de la poésie
Les attentes couvertes de neige
Etaient traitées comme une dentelle
Moi, je ne sais trop comment
J'ai ri aux chagrins!...

Pendant que tournaient autour de moi
Toutes les choses qui m'intriguent
En ce temps-là
Moi, j'ai semé la poésie
Dans les champs de l'amour...

Malgré les scorpions
Les serpents
J'ai eu souvent soif
D'une vie humaine décente...
Et de surmonter les murs
Construits contre nous...

Les fourberies
M'ont marqué très fort...
A chaque fois
Il m'a semblé plus grave
D'être aveugle d'idées
Qu'aveugle de couleurs...

Plié en deux
Avec le fardeau du passé sur mon dos
En traversant ses chemins
D'où suis-je parti pour arriver où?...

A Big World to Crack

Folded in two
with a burden on my back,
crossing paths;
from where am I leaving
to arrive where?

And when, to vines of poetry?
Expectations covered with snow
were treated like lace;
I know too well how,
have laughed at sorrows...

In this moment
all those things which intrigue me
surround me
and I scatter poetry
in the fields of love

In spite of snakes and scorpions
I have been thirsty
for a decent life
and for surmounting the walls
constructed between us

Deceit
has profoundly marked me...
each time, it seems more serious
to be blind to ideas
than to colors

Folded in two
with a burden on my back,
crossing paths;
from where am I leaving
to arrive where?

N'Oublie Pas

Même si je t'ai perdue
De ces miroirs-là
C'est encore toi qui seras
Devant mes yeux.

Je ne pourrai peut-être pas
Tenir tes mains
Je ne pourrai peut-être pas
Couvrir ta nudité
Avec des tulles blancs.

Tu seras dénoncée par ces soirs-là
N'oublie pas.

Là où tu verras
Un arrêt semblable à celui-là
S'en va du devant des vitrines
Lis mon nom dans les reflets de lumière
N'oublie pas.

Tu seras dénoncée par ces soirs-là
N'oublie pas.

Do Not Forget

Even if I lose you
from these mirrors,
it is still you
who will be before my eyes

even if I cannnot hold your hands
or cover your nakedness with white tulle.

The evenings will give you up,
do not forget.

There, where you are looking,
in front of the windows:
time seems to have stopped.
Read my name in the reflecting lights.

The evenings will give you up,
do not forget.

Ne Passe Pas Par Les Lieux Que J'ai Frequentes

Ne sens surtout pas mes fleurs

N'étains pas mes espoirs

De grâce

Ne tends pas tes mains glacées

Vers mon feu…


Ne touche pas à mes nuits pleines de nostalgie
Par pitié à mes étoiles!
Ne fais pas souffrir mes chansons
Va-t'en du devant de mes yeux.
De grâce
Ne passe pas par les lieux que j'ai fréquentés.


Laisse-moi seul
Ne te mêle pas de mes pensées
Tiens-toi éloigné de mes sentiments De grâce
Quitte enfin mes poèmes
Ne passe pas par les lieux que j'ai fréquentés.

Do not pass by the places which I frequented

Especially do not smell my flowers
or tin my hopes
As a favour
Do not stretch your frozen hands
towards my fire...

Do not finger my nights, full of nostalgia,
with pity for my stars!
Do not make my songs endure
Go, before my eyes
As a favour
do not pass by the places which I frequented.

Leave me to myself
Do not mingle in my thoughts
Hold yourself distant from my feelings
As a final favour
leave my poems
Do not pass by the places which I frequented.

Amitié avec les Photos

Fais les dessins
D’un ami
D’un camarade
D’un voisin
Et place-les au coin principal...

Ne fais pas de compte profils et pertes
Efface de ta mémoire
Les mots
Tels qu’intérêt, hargne, trahison...
Colorie, décore,
Encadre-les...
Pends-les à la plus belle place
De ton foyer...

Tant qu’ils sont là
Dors sans peur
Sans crainte...

Tu verras
Que ton amitié
Avec les couleurs en fête
Et les lignes sincères
Ne te décevras pas.

Friendship with Photos

Make drawings
of a friend
a comrade
a neighbour
and place them in a central corner...

Do not count contours and losses
retiring from your memory
words
like interest, aggression, treason...
colour, decorate,
manage them...
Hang them in the nicest place
of your home...

As long as they are there
sleep without fright
without fear...

You will see
that your friendship
with the festive colours
and the sincere lines
will not deceive you.

Danses Martiales

On vit une époque bizarre mon frère
Ces gens-là gagnent de l’argent en occupant
Avec des danses martiales…
Ne vois-tu pas les bombardements
Et les pillages?
Tu crèves à essayer de gagner quelques sous…
De nos jours
La sueur de ton front ne sert pas à grand-chose!
Des tanks venus de pays lointains
Passent dans tes rues
Et ils te demandent la raison de ta naissance!
Et tu ne peux rien dire…
Bientôt ce sera le tour des cours de droit
D’être supprimés dans les écoles
Si cela continue ainsi.

On parlait des droits de l’homme par ci par là
Toi, ne crois pas à ces rumeurs!
Tu vois que rien n’est à sa place en ce moment!

On vit une époque bizarre mon frère
Les marchands d’armes
Les secteurs de la construction
Gouvernent les pays
Est-ce si difficile à comprendre?
Ils vendront leurs produits par la guerre!

Viens écouter mes quelques conseils!
Ne te marie pas pour n’avoir point à supporter
Le chagrin du massacre de tes enfants
La bonne marche de leurs affaires a besoin
De produire des ennemis fictifs à menacer…
Par cette voie, ils s’approprient les petits pays
Les uns après les autres sous prétexte de les ‘sauver’.
Pendant que vous vous battrez entre vous
Ceux-là consommeront vos ressources souterraines.

Que devrais-je vous dire
Au moment où le passé s’installe
Douloureusement dans vos cœurs?
Soyez compréhensifs un tout petit peu!
Augmentez la dose des guerres fratricides
Divisez encore plus vos peuples
Pour faciliter la vie à ces gens-là!
N’oubliez pas que l’intérêt tue l’amour
Ils ne demandent qu’une seule chose:
Vivre dans une société sans amour
Et sans instruction aucune…
Vivre dans la clarté ou l’obscurité
Ne dépend que de vous!
Le soleil se lève et se couche à temps…
On égorge les coqs chantant avant l’heure!

On vit une époque bizarre mon frère
Ces gens-là gagnent de l’argent en occupant
Avec des danses martiales…
Ne vois-tu pas les bombardements
Et les pillages?

Martial Dances

We live in strange times, my brother
men make money
with war dances
and occupation...
Do you not see the bombardments
and the pillaging?


Under the boot
you are worn out,
these days
the sweat of your brow
no longer serves you!


Tanks come from distant lands
passing down your streets
demanding to know
why you were born!
And you can say nothing.
Soon, if this continues,
it will be the course of progress
to be denied learning.


One speaks of the rights of man
here and there.
Do not believe those rumors!
You see that nothing is in place now!

We live in strange times my brother,
arms dealing,
construction
governing the land.


Is it so difficult to understand?
They sell the merchandise of war!

Come listen to my counsel.
Don't marry, it is unsupportable
to suffer the massacre of your children.

The success of your affairs depends
on producing fictitious enemies
to menace...
In this manner
they take over small countries
one after the other
under the pretext of saving them.

While you fight amongst yourselves
others consume your underground resources.

What should I tell you;
do these times plant sorrow
in your hearts?
Be a little understanding!

Increase the number of fratricidal wars,
divide your people further
to make the lives of the invaders easier.
Do not forget that to destroy love
requires only this:

Live in a society without love
and don't educate anyone...
Live in the clarity of obscurity,
depend only on yourself!

The sun rises and sets on time...
the throats of cocks are cut
that sing before the hour!

We live in strange times my brother,
men make money with war dances
and occupation...
Do you not see the bombardments
and the pillaging?

Devant Les Yeux de Tous

Le siffle a enlacé

Vos désirs,

Votre fierté de jeune homme

A été brûlée dans ses racines…

Par vos espoirs

Vous vous êtes liés

Aux mouchoirs de pierre…

Vos pensées

Sont tombées des ponts.


Les couleurs

N'ont pu être contenues

Dans vos yeux éblouis…

Vous avez emballé

Le soleil

Pour les séparations…


Pendant que les jeux d'épée

Noircissent

Vos yeux,

Avec vos histoires

Vous avez ouvert les bras

A l'esclavagisme.


Le siffle a enlacé

Vos désirs,

Votre fierté de jeune homme

A été brûlée dans ses racines.

Before the Eyes of All

A whistle has snared your longing,

your pride has burned

into a young man's roots,

deceiving your mutual hope;

and your thoughts,

like handkerchiefs of stone,

have fallen from the bridges.


In your own dazzled eyes

colors are not repressible,

but you have packed the sun

into compartments.

While the sword plays

darkly in the dazzle,

your stories open the arms of slavery.


A whistle has snared your longing,

your pride has burned

into a young man's roots.

Traduit du Turc par Yakup Yurt
Translated from French by Joneve McCormick

Üzeyir Çayci, born in 1949 in Bor, Turkey, is a poet, artist, and writer with a degree in architecture and industrial design from The Fine Arts Academy in Istanbul. He has been drawing, painting and writing since childhood and has received many awards for his work, most recently from Radio NPS of Holland and Les Amis de Thalie in France. Both his Poetry and Art are on many elegant websites. Üzeyir lives and works in Paris.



Reflection

We shared
An apple...
We could not share
Grief,
Worries

We replaced
Broken window panes,
We did not have enough strength
For hearts

We were happy
Among greeneries
And flowers...
We could not protect ourselves
Against thorns

Üzeyir’s graphic designs

Réflexion


Nous avons partagé
Une pomme...
Nous n'avons pas pu partager
Les chagrins
Les soucis...


Nous avons remplacé
Les vitres brisées
Nous n'avons pas eu assez de force
Pour les coeurs...


Nous étions heureux
Parmi les verdures
Et les fleurs...
Nous n'avons pas pu nous protéger
Contre les épines...